IN/OUT COACHING

Running - Trail - Musculation Spécifique - Remise en Forme - Randonnée
IT'S UP TO YOU

MUSCULATION SPÉCIFIQUE RUNNING

SÉANCE  à domicile ou extérieur ENTRE 45 minutes et 1H30 :
Musculation spécifique des chaînes musculaires
Plyométrie
Méthode TABATA et HIT
Gainage dynamique
TARIF seul : 60 euros
TARIF en groupe : 40 euros par participant

 

Les bénéfices de la musculation pour le sportif d’endurance ne sont pas à aller chercher du côté de l’amélioration de la VO2max, qui représente la capacité de l’organisme à consommer de l’oxygène pour renouveler l’énergie dont ont besoin les muscles à l’effort. Non, pour cela, rien ne peut remplacer le travail foncier, ni les séances de fractionné.

Une étude scientifique a récemment démontré que le renforcement musculaire s’impose comme l’un des moyens les plus efficaces pour optimiser l’économie de course, y compris chez des coureurs déjà expérimentés.

 Il existe d’autres facteurs de performance qui pèsent dans la balance. Depuis les années 1970, on sait par exemple que le caractère économique du mode de déplacement est prépondérant. Certains sont plus « efficaces » que d’autres lorsqu’il s’agit d’aligner les kilomètres et là-dessus, la musculation semble avoir son mot à dire.

Plusieurs études ont mis en évidence que des coureurs à pied entraînés réduisaient leur coût énergétique après seulement deux à trois mois d’entraînement de musculation. En réponse à ce travail spécifique, les coureurs diminuaient le temps de contact au sol et parvenaient de ce fait à consommer moins d’oxygène pour se déplacer à une vitesse donnée.

Plus précisément, des travaux ont montré que suite à un programme de musculation, les coureurs s’affaissent moins sur leurs appuis grâce notamment à une meilleure pré-activation de leurs quadriceps et de leurs mollets durant les millisecondes qui précèdent le contact du pied au sol. De cette manière, les coureurs restituent mieux l’énergie stockée dans leurs jambes à chaque foulée, à l’image d’un kangourou.

Les entraîneurs parlent de qualité de « pied » pour désigner cette impression de légèreté qu’ont certains athlètes qui semblent voler sur la piste. Ces études viennent donc nous rappeler que l’entraînement de la force n’a pas seulement des effets sur les muscles mais aussi sur le système nerveux. Ce bénéfice de la musculation s’avère d’ailleurs d’autant plus intéressant que l’amélioration de l’économie de course se gagne généralement après des années de pratique, alors que le geste devient plus fluide au fil des milliers kilomètres parcourus.

L’un des éléments clés de l’entrainement en musculation pour les disciplines d’endurance tient à la manière dont il est programmé durant la période menant à une compétition : lors de la phase de préparation générale, d’entraînement spécifique et d’affûtage.Malheureusement, c’est généralement là que la plupart des erreurs sont commises, réduisant à néant les progrès antérieurement accomplis…

 L’intérêt de la musculation pour le sportif d’endurance réside principalement dans les adaptations nerveuses rapides qu’elle engendre. Cependant, ce qui vaut dans un sens vaut aussi dans l’autre. Comprenez : si l’on progresse très vite lorsque l’on commence à manipuler poids et haltères, on régresse également très vite dès que l’on cesse de les manipuler !

Un sportif qui cesse le travail de musculation un mois avant l’échéance compétitive par exemple perd déjà une large majorité des gains induits par son entraînement en force. Il est donc essentiel de trouver un compromis et de conserver une séance de rappel par semaine. Et de ne pas couper la musculation plusieurs semaines avant votre compétition par crainte d’avoir les jambes lourdes le jour J.